Université Nationale d'Architecture et de Construction D'Arménie

MÉTIER DIVIN (AUTO-DIVULGATION)

J’ai reçu “l’étincelle” ou les premières leçons pour devenir constructeur de mon père, Igit Grigoryan, en visitant plusieurs fois avec lui ses lieux de travail, qui étaient dans tous les cas des chantiers pleins d’agitation.

Par exemple, la construction de la centrale hydroélectrique d’Erevan: il se trouve à côté du chemin de fer pour enfants, où il a travaillé pendant de nombreuses années, je ne me souviens pas exactement, je pense que comme charpentier ou ouvrier auxiliaire, ou la construction du “Canal de Staline”, adjacent au pont “Pobeda”, près de l’usine de vin et d’eau-de-vie. Au fait, là tous les jours pendant la pause on offrait gratuitement du pain et des saucisses aux employés. Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas mangé de saucisse qui a le goût de cette saucisse de toute ma vie. Je mangeais probablement des saucisses pour la première fois.

Plus tard, j’ai moi-même travaillé comme ouvrier pendant les vacances d’été de toutes les années de scolarité, soulageant mes soucis et ceux de ma famille. Mon travail est beaucoup plus mémorable lors de la construction de l’actuelle Assemblée nationale et des bâtiments à côté de notre maison, avant 1949. J’avais 16 ans alors : j’ai commencé à travailler à l’âge de 13 ans. Je m’en souviens car je n’avais pas de passeport, mon travail et mon salaire étaient enregistrés au nom de mon père.

A vrai dire, à cette époque, je me distinguais par mes capacités physiques, ma responsabilité et mon assiduité. J’aidais surtout les maçons, je servais de la pierre et du mortier, je posais une terrasse, etc. Je comprenais que mon travail plaisait aux maîtres et maçons. En plaçant les pierres sur le mur, ils voulaient des pierres de différentes tailles. Je regardais autour de moi et je trouvais la pierre qu’ils voulaient. On l’appelait principalement une pierre “queue”, qui était placée à l’arrière de la pierre avant que le mortier ne durcisse pour maintenir la pierre droite. Je réussissais presque toujours, ce qui me satisfaisait, ainsi que les ouvriers.

Quoi qu’il en soit, de ma propre initiative, sans demander l’avis de mes parents, j’ai été admis à la Faculté hydro de l’Institut agricole arménien de l’époque (aujourd’hui l’Académie arménienne d’agriculture). Peut-être que la raison de mon choix était que j’avais visité pour la première fois la construction d’une centrale hydroélectrique ou du “Canal de Staline”.

Après avoir terminé, j’ai entrepris la construction de divers bâtiments et structures, résidentiels, industriels, etc.

À l’époque soviétique, des spécialistes dans tous les domaines étaient régulièrement attestés pour vérifier la correspondance professionnelle avec le statut d’éducation de base et d’adéquation professionnelle.

A cette époque, je travaillais déjà à “Abovyanishin” en tant qu’ingénieur en chef du département de la construction (en 1963).

Lors de l’attestation, la commission, avec quelques réserves, m’a donné une note satisfaisante, car j’avais une formation de base à la Faculté hydro et je travaillais dans la construction industrielle civile. Dans mon cas, je pensais que c’était un défaut ․ (J’ai réalisé plus tard que cela n’affecterait pas ma future carrière.)

Le problème ne me laissait pas tranquille, ce qui se passerait dans le futur, cela pourrait me gêner dans ma promotion de carrière. Le problème n’était qu’à l’intérieur de moi, personne n’avait fait allusion.

J’ai pris une décision instantanée en tenant compte de toutes les difficultés, y compris familiales, d’être admis à la “Faculté de construction civile industrielle de l’Institut polytechnique d’Erevan”. Sur la base du diplôme que j’avais déjà, j’ai passé un examen externe et j’ai tout de suite été admis en 2ème année de la faculté de mes rêves.

J’ai l’ai terminée en 1969, alors que je travaillais dans la construction depuis 13 ans, et j’ai obtenu un diplôme professionnel en génie civil.

Pour rendre ma volonté inébranlable de devenir constructeur et ma décision inviolable, mon aspiration et mon rêve plus vivants, j’apporterai un exemple impressionnant:

L’homme se marie, mais pas avec sa fille de rêve bien-aimée, mais avec une autre fille à la demande et sous la contrainte de ses parents. De nombreuses années passent, mais le garçon ne se réconcilie pas avec l’idée du mariage, car la joie du premier amour ne s’éteint pas chez le garçon. Même des enfants naissent, le temps passe, le garçon compare sa famille et ses enfants d’une part et son amour inassouvi et inachevé d’autre part. À la fin, l’amour gagne et le garçon prend une décision difficile: divorcer sa femme et chercher, trouver sa fille bien-aimée, premier amour, l’épouser. Il le fait, ce qui le rend heureux et son mariage agréable à Dieu. Les rêves deviennent réalité.

Dans mon cas, je n’ai pas “divorcé” mon premier métier – l’hydraulique – je l’ai utilisé dans mes dissertations, livres, articles, licences et conférences.

J’ai utilisé les bases et les connaissances en Ingénierie hydraulique et en hydraulique notamment dans ma thèse, dans un livre complet et dans des articles dédiés aux travaux de renforcement et de restauration de bâtiments, structures, aux méthodes d’injection de mortier.

Mais surtout “je me suis marié” avec mon métier de rêve – la construction.

Soyez indulgent envers moi et considérez-le comme “mariage binaire”.

Cela arrive parfois…

J’étais calme mentalement, car tous les postes que j’occupais et mon éducation de base correspondaient (je le répète, personne n’a fait allusion à ce problème). Dans mon esprit j’étais satisfait de moi-même d’avoir enfin trouvé l’éducation de base que je voulais, plutôt la profession divine.

C’est le métier dans lequel j’ai créé ma véritable biographie, sans attentes, car le résultat du travail d’un constructeur est permanent et éternel.

Plus tard, lorsque j’ai eu l’occasion d’écrire mon vers dédié au constructeur, qui est devenu plus tard l’hymne de l’Université nationale d’architecture et de construction d’Arménie, j’ai exprimé l’image du constructeur-architecte dans les deux lignes suivantes :

Թող ամեն կերտած քարդ լուռ, անձայն,

    դառնա քեզ հավերժ փառքի հուշարձան…

Je voudrais aussi commenter pourquoi j’ai appelé la profession “Divine” : Divine, parce que le constructeur a construit, construit et construira une maison à la fois pour le Dieu céleste et pour les gens terrestres.

Les nombreux monastères et églises, bâtiments et structures existants en sont les témoins.

Je dois ajouter que lorsque j’entends les mots « bâtiment -construction, constructeur », je ressens en quelque sorte une grande fierté professionnelle.

En m’excusant auprès de tous les spécialistes et métiers, je pense que le métier de constructeur est une priorité pour moi, pas seulement pour moi, mais aussi pour beaucoup de personnes.

L’éducation, la science, l’économie, etc. se développent dans les pays où la construction est développée.

Personnellement moi, j’exhorte les amis de ma famille et les membres de ma famille de choisir cette direction.

Être constructeur est à la fois fierté, devoir, fidélité à la patrie, et être infidèle au métier est une trahison.

Gloire à toi, constructeur!

Comme je le sais, l’ingénieur hydraulique ne cède pas au spécialiste avec la formation de constructeur. De plus, ils ont toujours été et ils sont les meilleurs spécialistes de notre république, maîtrisant parfaitement la construction, mais je ne sais pas pourquoi je pensais qu’ils étaient si différents. Dans mon cas, j’ai même pensé que travailler dans le bâtiment avec un diplôme en hydraulique était un inconvénient. Je le répète, le fait d’être ingénieur hydraulique m’a peut-être impressionné en travaillant sur la construction de la centrale hydroélectrique d’Erevan et « le Canal de Staline » et j’ai essayé de transformer cette impression en enseignement supérieur.

Je vais faire une citation : généralement dans les familles, les plus âgés posent aux plus jeunes la question traditionnelle : « Que deviendras-tu quand tu seras grand ? Je ne suis pas libre de cette tentation, je demande à mon arrière-petit-fils Vahram :

  • Qu’est-ce que tu deviendras quand tu seras grand ?…
  • Soldat, répond-il.

D’ailleurs je répète la question à différentes occasions sans me désespérer, mais malheureusement j’obtiens la même réponse – « soldat ».

 La fierté professionnelle se manifeste en moi et je me considère comme un fan « incorrigible » du métier de constructeur, car il y a un élément de l’image divine dans le constructeur, celui d’un homme travailleur.

Je ne sais pas combien de temps va durer le «dialogue» entre moi et mon arrière-petit-fils, ma question  «Qu’est-ce que tu deviendras quand tu seras grand ?» et sa courte réponse “soldat”, mais, sans reculer, je continuerai à lui « injecter » la conviction que devenir soldat est un devoir et une dette envers la patrie, et devenir constructeur est un métier, une autorité et une valeur durable, une mission divine qui vient de tous les âges et qui dure depuis des siècles.

Enfin, qui devrait continuer la tradition de nos ancêtres sinon nos petits-enfants et arrière-petits-enfants ?

Je voudrais partager avec vous un épisode de ma vie : quel rôle ont joué mes parents, surtout mon père, dans la formation de ma personnalité.

Quand j’ai présenté mon diplôme d’ingénieur à mes parents à la maison, j’ai “annoncé” le fait de devenir ingénieur, mon père a dit dans un style court (qui lui était propre) :

  • Très bien, mais regarde, ne roule pas de grosses pierres.

Il m’a semblé que mon père n’avait pas compris ce que j’avais dit. Des années plus tard, j’ai réalisé qu’il avait bien compris, et j’ai répété à nouveau.

  • Papa, je dois gérer des gens, construire des bâtiments, de quel genre de pierres s’agit-il ?

      Il a conclu ma parole :

  • Eh bien, réfléchis, alors tu comprendras.

                    Les années ont passé, j’ai compris ce que mon père voulait dire: ne pas se laisser tenter, ne pas faire d’erreurs juridiques, ne pas être intéressé, etc., ce que de nombreux constructeurs ne supportent pas, se retrouvent malheureusement dans des situations délicates, indésirables. Le message de ne pas rouler de “grosses pierres” m’a accompagné et m’accompagne tout au long de ma vie, que je transmets à mon entourage. J’ai décrit cela plus en détail dans un de mes livres.

En tant qu’amateur d’art, j’ai passé une partie de ma vie à écrire des poèmes, des nouvelles et des chansons. A l’occasion du 100e anniversaire de l’université, j’ai écrit un verset pour exprimer notre gratitude à l’université et à la profession. Je le présente ci-dessous.

ՁՈՆ ԵՐԱԽՏԱԳԻՏՈՒԹՅԱՆ

 

Ճարտարապետության և շինարարության

Հայաստանի ազգային համալսարանի

 100- ամյա հոբելյանին

 

« Գործն է անմահ, լավ իմացեք,

որ խոսվում է դարեդար…»

                                Հ. Թումանյան

 

 Դու՝ իմ սուրբ օջախ, նաև ազգային,                           

Առաքելությամբ՝ քո աստվածային,

Մենաշնորհով համամարդկային,

Արդեն շուրջ մեկ դար կրթում ես հային.

Վեհ համոզմունքի դրոշդ առած,

Ջինջ ապագային՝ հայացքդ հառած,

 Շատ ինքնավստահ քայլում ես առաջ…

 

 Կրթել, կոփել ես բազմաթիվ սաներ,

Ճարտարապետներ, ճարտարագետներ,

Ու հանրաճանաչ շատ մասնագետներ

Մեծ պատգամ ունես՝ ամեն ինչ անել…

 Ստանձնած «խաչը» մինչև վերջ տանել.

 

Դառնալ դարբնոց համահայկական,

 Որ շատ սերունդներ ուսանելու գան,

 

Դառնալ վառ փարոս, նաև լույս կանթեղ,

 Անխոնջ արարել, լինել ամեն տեղ…

 

Փայլուն սաներիդ ազնիվ ջանքերով,

Ու հեղինակած կանգուն վանքերով,

Կյանքի են կոչվել շատ նախագծեր,

Շենքեր, կամուրջներ, ճամփաներ գցվել…

 

Տաճարն ուսանած շատ նվիրյալներ,

Ազգի  պատմության էջեր են գրել,

 Սերունդներ տվել, ո՞ր մեկը թվել…

 

Մեր խոնհարհումով ու երախտիքով,

Գիտական մտքի նոր հավատամքով

  Միշտ հաստատակամ ու լիահույս ենք,

 Բազում օջախներ կառուցենք, հյուսենք…

 

 Նվիրվենք գործին, իրար սատարենք

ԵՎ միշտ մաքառենք որ հարակայենք,

 

 

Շրջենք անիվը, պատմության, բախտի,

 Պապական հողը փոխենք դրախտի,

Երբ հայն իր հողում մնա չգաղթի,

Ոչ մի թշնամի նրան չի հաղթի:                               

 

Quoi qu’il en soit, bien qu’il y ait beaucoup à dire et à écrire, mais en résumant ma pensée, je veux dire que j’ai toujours aimé, j’aime et j’aimerai le métier de la construction – le métier divin.

 

Chef de la Chaire de TOPC, d.s.t., professeur,

Constructeur honoré de la RA,

V.I. Grigoryan

 229 просмотров всего,  1 просмотров сегодня

20.12.21

 230 просмотров всего,  2 просмотров сегодня