Université Nationale d'Architecture et de Construction D'Arménie

Université Nationale d'Architecture et de Construction D'Arménie

HÉROS QUI VIVENT ET ÉTUDIENT À CÔTÉ DE NOUS

Leurs noms sont nombreux, certains d’entre eux ne veulent même pas parler, les souvenirs sont douloureux. Ce sont les héros d’aujourd’hui, des gens qui se sont battus pendant des jours sur le chemin de la vie et de la mort pour la Patrie, pour la victoire.

Environ 2 douzaines d’étudiants de la Faculté de design de notre université sont revenus du front il y a quelques jours, après avoir surmonté la guerre, la victoire convoitée, toujours chérie dans leur âme. Ils sont revenus blessés de corps et d’âme, mais avec la conviction qu’un jour ils retrouveront la patrie et seront unis.

La conversation avec eux était difficile, avec la préface “la guerre est une chose terrible, même pas au cinéma”. Yura Grigoryan, un étudiant de deuxième année de premier cycle, est parti pour le front dans les premiers jours de la guerre. Il dit qu’il ne décrira pas avec des mots ce qu’on sent debout devant le feu, toutes vos émotions et sentiments sont mélangés, vous n’essayez de survivre que pour le bien de votre Patrie à condition qu’après la guerre, vous commencerez à apprécier chaque jour et chaque instant que vous avez vécu. Harutyun Sukiasyan, un étudiant de quatrième année, est revenu avec les mêmes sentiments. “Le soldat arménien n’a aucun problème avec le patriotisme”, dit-il, notant cependant que ce n’était pas une guerre entre l’homme et l’homme, c’était une guerre contre la bête. Il admet que la guerre n’est qu’une occasion douloureuse mais qui donne à réfléchir de valoriser votre vie, les gens autour de vous, de vivre votre vie plus consciemment.

“Après la guerre, j’ai commencé à juger plus calmement et correctement, pour donner une réponse adéquate à la situation, – a déclaré Areg Mkhitaryan, un étudiant de première année, en réponse à ma question sur les traces laissées par la guerre, – tu sais pour qui et pourquoi tu te bats et cette conscience oblige à rester éveillé et vivant à chaque seconde”.

Et le volontaire Ruben Muradyan, parti pour le front en 4e année, est toujours à la frontière. Il est revenu après le cessez-le-feu, puis est reparti pour l’Artsakh. Selon lui, les frontières ont besoin d’un contrôle constant. Il ne pouvait pas dire grand-chose des jours de guerre ou de la situation d’après-guerre, pour des raisons évidentes, il a seulement dit que la guerre devait être finie, qu’il n’y avait pas d’alternative.

La dernière pensée de Ruben à la frontière a été partagée par de nombreux garçons qui ont traversé la guerre. “Nous nous battions pour la victoire, nous continuerions, mais nous nous sommes arrêtés pour que le combat ne se transforme pas en génocide”.

 191 просмотров всего,  1 просмотров сегодня

30.11.20

 192 просмотров всего,  2 просмотров сегодня